Article

Établir les liens : Il ne peut pas y avoir de santé mentale sans santé mentale publique

Publié le 30 janvier 2014 par Monica Nunes

Un rapport de recherche publié en Ontario l’été dernier, intitulé Établir les liens a révélé que les bureaux locaux de santé publique font un travail énorme pour promouvoir la santé mentale des enfants et des jeunes sans en avoir reçu le mandat précis. En Ontario, les activités principales de la santé publique sont la prévention des maladies et la promotion de la santé, toutefois, le rôle de la santé publique en ce qui concerne la santé mentale des Ontariens et Ontariennes n’a pas été clairement défini. Par exemple, les Normes de santé publique de l’Ontario, qui orientent les travaux des bureaux de santé publique, n’ont pas obtenu le mandat précis d’examiner la santé mentale.

Pour remédier à cette situation, le Centre de ressources de la promotion de la santé du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) ainsi que Santé publique Ontario, ont organisé en décembre dernier le forum Établir les liens afin d’étudier les contributions potentielles que pourraient faire le secteur de la santé publique à l’égard de la promotion de la santé mentale des enfants et des jeunes. Le forum a été dirigé par un comité de planification intersectoriel représentant divers ministères du gouvernement de l’Ontario. Des intervenants du secteur de la santé publique, des soins de santé et des organismes provinciaux en santé mentale y ont participé.

La journée a commencé par un discours d’ouverture prononcé par le Dr Rob Santos du Comité ministériel pour Enfants en santé du gouvernement du Manitoba. La présentation du Dr Santos a souligné l’importance des approches en amont relatives à la santé mentale des enfants et des jeunes ainsi que de l’investissement dans le développement de la petite enfance. Dre Arlene King, médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, a fourni en réponse à la présentation du Dr Santos un exposé qui démontrait l’importance d’un développement humain sain dans le cadre du Plan stratégique pour le secteur de la santé publique de l’Ontario.

Ensuite, un panel composé de représentants des ministères de la Santé et des Soins de longue durée, de l’Éducation, des Services à l’enfance et à la jeunesse ont discuté de la manière dont leurs ministères respectifs abordent les questions concernant la santé mentale des enfants et des jeunes. Les membres du panel ont également réfléchi sur les façons dont la santé publique peut aider à combler les lacunes systémiques dans la promotion de la santé mentale des enfants et des jeunes.

Plus tard, au cours de discussions de groupe, les participants ont exploré les occasions de collaboration entre les partenaires du système de santé publique.  Les conversations étaient animées, mais ont laissé de nouvelles questions à considérer :

  • Les Normes de santé publique de l’Ontario devraient-elles orienter les bureaux de santé publique de l’Ontario dans les questions touchant la santé mentale?
  • De quelle façon les bureaux de santé publique de l’Ontario peuvent-ils collaborer avec d’autres intervenants dans le réseau de santé mentale et de toxicomanie afin de promouvoir la santé mentale des enfants et des jeunes?
  • Quelles sont les meilleures données probantes qui appuient la promotion de la santé mentale des enfants et des jeunes dans un contexte de santé publique?

Ces questions portent sur le contexte en Ontario et les discussions qui en découlent aideront certainement la province à améliorer la promotion de la santé mentale des enfants et des jeunes. Pour les personnes vivant à l’extérieur de l’Ontario, des questions semblables sont-elles abordées au sein de votre communauté? De plus, quelles sont les leçons que l’Ontario peut tirer des autres provinces quant à la promotion de la santé mentale dans le domaine de la santé publique?

Dossier(s) associé(s)

Santé mentale en Ontario