Promotion de la santé mentale

Activité physique et santé mentale

Ce dossier porte sur l’activité physique et ses bénéfices potentiels en termes de promotion de la santé mentale et de prévention des troubles mentaux auprès de la population générale dans divers contextes (ex.: stress au travail). Il porte aussi sur les bénéfices de l’activité physique pour des populations cliniques (ex,: schizophrènes).

L'édito

L’obésité et les troubles de santé mentale : un lien toujours aussi problématique

Publié le 3 décembre 2017 par Ahmed Jérôme Romain

Tout d’abord, il est important de noter que les personnes ayant un trouble de l’humeur (p. ex., le trouble bipolaire) connaissent toujours une surmortalité précoce de 15 à 25 ans par rapport à la population générale. Si les suicides occupent une part certaine de cette surmortalité, les maladies respiratoires, cardiovasculaires et leurs complications en représentent une part considérable (jusqu’à 69 %). Ces maladies ont souvent un point de départ commun : l’obésité.En...

Lire la suite

Plaidoyer pour des recommandations sur l’activité physique favorables à la santé mentale!

Publié le 4 juin 2017 par Isabelle Doré

L’activité physique amène des bienfaits pour la santé physique et la prévention de nombreuses maladies telles que le diabète et les maladies cardiovasculaires; je ne vous apprends rien!L’activité physique apporte des bienfaits pour la santé mentale, le bien-être, la prévention des troubles de l’humeur; si vous ne le saviez pas, vous n’êtes probablement pas étonnés.Les Directives canadiennes en matière d’activité physique (Société canadienne de physiologie de...

Lire la suite

Et si la marche active était une bonne occasion de prévenir la dépression?

Publié le 29 avril 2016 par Paquito Bernard

Identifier des interventions permettant la prévention des troubles dépressifs est un enjeu majeur de santé publique, particulièrement pour les femmes post-ménopausées. Dans un récent essai clinique, nous avons évalué l’effet d’un programme de marche sur le niveau de dépression de participantes post-ménopausées inactives (n = 121). Celles-ci étaient attribuées soit à une « liste d’attente » ou à un programme de marche. Deux séances hebdomadaires supervisées de marche...

Lire la suite

Marche et symptômes dépressifs chez les aînés : les motifs et le dosage peuvent faire une différence!

Publié le 30 janvier 2016 par Dominic Julien, Lucie Richard, et Lise Gauvin

Chez les aînés, tout comme chez l’adulte, de bonnes habitudes de marche sont associées à une meilleure santé physique et mentale. Cependant, les personnes marchent pour différents motifs : dans le but de se mettre en forme, pour passer le temps, pour se déplacer d’un endroit à l’autre, etc. Tous ces motifs sont-ils équivalents dans l’association entre activité physique et symptômes dépressifs chez les aînés ? Il semble bien que non ! Selon une étude que nous venons de...

Lire la suite

Bouger pour être en bonne santé… mentale!

Publié le 20 octobre 2011 par Isabelle Doré

La promotion de l’activité physique est au sommet des priorités de la santé publique. Il est maintenant reconnu que l’activité physique permet d’améliorer la santé globale des individus et de réduire le risque de nombreuses maladies chroniques physiques. Plus récemment, des études ont confirmé l’effet positif de l’activité physique sur la santé mentale. Des essais cliniques démontrent même l’efficacité de l’activité physique dans le traitement de la dépression....

Lire la suite

Quintessence

(Seulement en français)

Activité physique : les bienfaits pour la santé physique et psychologique des patients et survivants du cancer

Doré, I., Plante, A., Montminy, S., Gauvin, L. (2020). Activité physique : les bienfaits pour la santé physique et psychologique des patients et survivants du cancer. Quintessence, 11 (3), 2 pages.

Les auteures discutent des mesures dans lesquelles l’activité physique est une stratégie démontrée efficace pour réduire les symptômes anxieux et dépressifs associés au diagnostic et aux traitements de cancer. Les études expérimentales indiquent que les patients/es qui participent à un programme standard d’activité physique — c’est-à-dire, des séances d’environ 60 minutes de 3 à 5 fois par semaine — rapportent moins de symptômes dépressifs, d’anxiété et de fatigue que celles et ceux qui ne participent pas à un tel programme.

(Disponible en anglais)

L’exercice pendant la grossesse : ses bienfaits, et des stratégies pour surmonter les obstacles

Da Costa, D. (2014). L’exercice pendant la grossesse : ses bienfaits, et des stratégies pour surmonter les obstacles. Quintessence, 6(9), 1-2.

Malgré les bienfaits attestés de l'exercice pour la santé, des études portant sur les habitudes en matière d'exercice ont démontré qu'une grande proportion de femmes enceintes ne faisait pas assez d'activité physique durant les loisirs. Cet article tente de trouver des réponses à la question suivante : pourquoi l'exercice et la grossesse semblent-ils incompatibles?

(Disponible en anglais)

Activité physique et santé mentale : et si certains types d’activité étaient plus efficaces que d’autres?

Doré, I. (2013). Activité physique et santé mentale : et si certains types d'activité étaient plus efficaces que d'autres? Quintessence 5(7), 1-2.

Isabelle Doré a rédigé une quintessence sur la promotion de l'activité physique pour la santé mentale positive, et surtout, sur les modalités les plus influentes sur celle-ci.

(Disponible en anglais)

L’activité physique : un moyen de promouvoir la santé mentale et de prévenir les troubles mentaux chez les personnes âgées?

Belley, A-M. (2010). L’activité physique : un moyen de promouvoir la santé mentale et de prévenir les troubles mentaux chez les personnes âgées? Quintessence, 2(2), 1-2.

La présente édition propose un dossier sur la promotion de la santé mentale chez les personnes âgées. Il est intéressant de noter que la pratique d'activités physiques est de plus en plus reconnue comme une mesure efficace de promotion chez cette population.

Publications générales

1 - 10 de 47 résultats
Page: 123...5
(Seulement en anglais)

Motivational theory-based interventions on health of people with several mental illness: A systematic review and meta-analysis

Romain, A. J., Bernard, P., Akrass, Z., St-Amour, S., Lachance, J.-P., Hains-Monfette, G., Atoui, S., Kingsbury, C., Dubois, E., Karelis, A. D., & Abdel-Baki, A. (2020). Motivational theory-based interventions on health of people with several mental illness: A systematic review and meta-analysis. Schizophrenia Research. https://doi.org/10.1016/j.schres.2020.05.049

Les interventions basées sur la théorie de la motivation sont connues pour être efficaces pour augmenter l'activité physique (AP) dans la population générale, mais leurs effets chez les personnes souffrant de maladies mentales graves sont mal compris. C'est pourquoi nous avons mené une méta-analyse sur l'effet de ces interventions sur l'AP et les facteurs de risque cardiométabolique. Une recherche systématique des essais contrôlés randomisés à travers 6 bases de données a été effectuée depuis le début jusqu'en mars 2019. 

(Seulement en anglais)

Antidepressant medication use and objectively measured physical activity and sedentary behaviors in adults: a cross-sectional analysis of a nationally representative sample of Canadian adults

St-Amour, S., Hains-Monfette, G., Dancause, K. N., Cailhol, L., & Bernard, P. (2020). Antidepressant medication use and objectively measured physical activity and sedentary behaviors in adults: a cross-sectional analysis of a nationally representative sample of Canadian adults. Mental Health and Physical Activity (revision). 

Les antidépresseurs sont l'un des médicaments les plus fréquemment prescrits aux Canadiens. Cette classe de médicaments a déjà été associée à des effets indésirables. Jusqu'à présent, l'activité physique (AP) et les comportements sédentaires (SB) des adultes sous antidépresseurs n'ont pas fait l'objet d'une attention suffisante.  L'étude vise à comparer le temps objectivement mesuré dans les comportements PA et SB dans un échantillon de population d'adultes utilisant des antidépresseurs par rapport à ceux qui n'utilisent pas de médicaments psychotropes, et à étudier si ces comportements diffèrent selon quatre classes d'antidépresseurs

(Seulement en anglais)

Mechanisms underpinning the association between physical activity and mental health in adolescence: A 6-year study

Doré I, Sylvester B, Sylvestre MP, Sabiston C, O’Loughlin J, Brunet J, Bélanger M. (2020). Mechanisms underpinning the association between physical activity and mental health in adolescence: A 6-year study. International Journal of behavioural Nutrition and Physical Activity, 17(1):1-9. doi.org/10.1186/s12966-020-0911-5.

L'activité physique (AP) peut promouvoir la santé mentale, mais les mécanismes qui sous-tendent cette association ne sont pas bien établis. Cette étude a examiné si les perceptions de trois besoins psychologiques de base (autonomie, compétence, relation) et l'activité physique modérée à vigoureuse (AMPV) médient l'association entre le nombre d'années de participation à l'AP et la santé mentale à l'adolescence.

(Seulement en anglais)

Systems approaches to global and national physical activity plans

Rutter, H., Cavill, N., Bauman, A., & Bull, F. (2019). Systems approaches to global and national physical activity plans. Bulletin of the World Health Organization, 97(2), 162–165. https://doi.org/10.2471/BLT.18.220533

L'un des principaux moteurs de la promotion de l'activité physique est la réduction de la charge mondiale des maladies non transmissibles, en particulier les maladies cardiovasculaires, le cancer et le diabète. Ces maladies sont responsables de plus de 41 millions de décès par an, dont un tiers surviennent avant l'âge de 70 ans.1 L'activité physique a de multiples effets positifs sur les maladies non transmissibles telles que les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète et les cancers du sein et du colon,2 ainsi que de nombreux avantages sociaux et économiques, notamment une utilisation réduite des combustibles fossiles, un air plus pur et des routes moins encombrées et plus sûres. Tous ces effets sont étroitement liés à plusieurs objectifs de développement durable.

(Seulement en anglais)

The Lancet Psychiatry Commission : A blueprint for protecting physical health in people with mental illness

Firth, J., Siddiqi, N., Koyanagi, A., Siskind, D., Rosenbaum, S., Galletly, C., … Stubbs, B. (2019). The Lancet Psychiatry Commission : A blueprint for protecting physical health in people with mental illness. The Lancet Psychiatry, 6(8), 675‑712. https://doi.org/10.1016/S2215-0366(19)30132-4

La mauvaise santé physique des personnes atteintes de maladie mentale est un problème multiforme, transdiagnostique et mondial. Les personnes atteintes de maladies mentales ont un risque accru de maladie physique, ainsi qu'un accès réduit à des soins de santé adéquats. En conséquence, des disparités en matière de santé physique sont observées sur tout l'éventail des maladies mentales dans les pays à faible revenu, à revenu intermédiaire et à revenu élevé. Le taux élevé de comorbidité physique, qui est souvent mal géré sur le plan clinique, réduit considérablement l'espérance de vie des personnes atteintes de maladies mentales et augmente également le fardeau personnel, social et économique des maladies mentales tout au long de la vie.

(Seulement en anglais)

Years participating in sports during childhood predicts mental health in adolescence: A 5-year longitudinal study

Doré, I., Sabiston, C. M., Sylvestre, M. P., Brunet, J., O'Loughlin, J., Nader, P. A., ... & Bélanger, M. (2019). Years participating in sports during childhood predicts mental health in adolescence: A 5-year longitudinal study. Journal of Adolescent Health, 64(6), 790-796.

La participation au sport favorise la santé mentale et prévient la maladie mentale. Cependant, l’association entre des profils sportifs particuliers et la santé mentale n’a pas été examinée. Nous étudions l’association longitudinale entre le nombre d’années de sport récréatif ou de performance et la santé mentale pendant l’adolescence et si ces associations diffèrent selon le sexe.

(Seulement en anglais)

Physical activity and mental health in children and adolescents: An updated review of reviews and an analysis of causality

Biddle, S. J., Ciaccioni, S., Thomas, G., & Vergeer, I. (2019). Physical activity and mental health in children and adolescents: An updated review of reviews and an analysis of causality. Psychology of Sport and Exercise, 42, 146-155.

Les données concernant l’activité physique et la santé mentale demeurent moins bien documentées chez les enfants et les adolescents. Un examen à jour des examens systématiques et des méta-analyses a été entrepris concernant l’activité physique et la santé mentale chez les enfants et les adolescents, et pour déterminer dans quelle mesure les associations peuvent être considérées comme étant causales.

(Seulement en anglais)

Physical Activity and Incident Depression- A Meta-Analysis of Prospective Cohort Studies

Schuch, F. B., Vancampfort, D., Firth, J., Rosenbaum, S., Ward, P. B., Silva, E. S., ... & Fleck, M. P. (2018). Physical activity and incident depression: a meta-analysis of prospective cohort studies. American Journal of Psychiatry, 175(7), 631-648.

Les auteurs ont examiné la relation potentielle entre l’activité physique et la dépression liée à l’incident et exploré les modérateurs potentiels.

(Seulement en anglais)

The longitudinal association between the context of physical activity and mental health in early adulthood.

Doré, I., O'loughlin, J. L., Schnitzer, M. E., Datta, G. D., & Fournier, L. (2018). The longitudinal association between the context of physical activity and mental health in early adulthood. Mental Health and Physical Activity, 14, 121-130.

Cette étude a examiné les liens entre le contexte dans lequel l’activité physique (AP) est entreprise (sports d’équipe, groupe informel, PA individuelle), et chacun de la santé mentale positive, symptômes d’anxiété et symptômes dépressifs. Elle a également cherché à savoir si la connectivité sociale ou le volume de l’AP servaient de médiateur à ces associations.

(Seulement en anglais)

Physical activity and mental health

Stubbs, B., Vancampfort, D., Smith, L., Rosenbaum, S., Schuch, F., & Firth, J. (2018). Physical activity and mental health. The Lancet Psychiatry, 5(11), 873.

« Dans The Lancet Psychiatry, Chekroud et ses collègues1 ont présenté un vaste examen transversal de l’activité physique et de la santé mentale. Malgré l’imprécision des termes santé mentale et exercice dans l’étude — et la conception transversale —, les résultats correspondent globalement à l’ensemble des recherches longitudinales qui montrent que l’activité physique régulière est associée à une meilleure santé mentale.»

1 - 10 de 47 résultats
Page: 123...5

Publications: Activités physique, cancer et santé mentale

1 - 10 de 14 résultats
Page: 12
(Seulement en anglais)

Effects and moderators of exercise on sleep in adults with cancer: Individual patient data and aggregated meta-analyses

Bernard, P., Savard, J., Steindorf, K., Sweegers, M. G., Courneya, K. S., Newton, R. U., Aaronson, N. K., Jacobsen, P. B., May, A. M., Galvao, D. A., Chinapaw, M. J., Stuiver, M. M., Griffith, K. A., Mesters, I., Knoop, H., Goedendorp, M. M., Bohus, M., Thorsen, L., Schmidt, M. E., … Buffart, L. M. (2019). Effects and moderators of exercise on sleep in adults with cancer: Individual patient data and aggregated meta-analyses. Journal of Psychosomatic Research, 124, 109746. https://doi.org/10.1016/j.jpsychores.2019.109746

Évaluer les effets des interventions liées à l'exercice physique sur les troubles du sommeil et la qualité du sommeil chez les patients ayant reçu un diagnostic mixte de cancer, et identifier les modérateurs démographiques, cliniques et liés aux interventions de ces effets.

(Seulement en anglais)

Exercise guidelines for cancer survivors: consensus statement from international multidisciplinary roundtable

Campbell, K. L., Winters-Stone, K. M., Wiskemann, J., May, A. M., Schwartz, A. L., Courneya, K. S., ... & Morris, G. S. (2019). Exercise guidelines for cancer survivors: consensus statement from international multidisciplinary roundtable. Medicine & Science in Sports & Exercise, 51(11), 2375-2390.

Le nombre de survivants du cancer dans le monde augmente, avec plus de 15,5 millions de survivants du cancer aux États-Unis seulement, un chiffre qui devrait doubler au cours des prochaines décennies. L’American College of Sports Medicine Roundtable de 2010 a été l’un des premiers rapports à conclure que les survivants du cancer pouvaient pratiquer suffisamment d’exercice en toute sécurité pour améliorer leur condition physique et leur fonctionnement, améliorer leur qualité de vie, et atténuer la fatigue liée au cancer.

(Seulement en anglais)

The Exercise and Sports Science Australia position statement: Exercise medicine in cancer management

Hayes, S. C., Newton, R. U., Spence, R. R., & Galvão, D. A. (2019). The Exercise and Sports Science Australia position statement: Exercise medicine in cancer management. Journal of science and medicine in sport.

Depuis que Exercise and Sports Science Australia (ESSA) a publié son premier énoncé de position sur les lignes directrices de l’exercice pour les personnes atteintes de cancer, il y a eu une croissance exponentielle dans la recherche évaluant le rôle de l’exercice avant, pendant et après le traitement du cancer.

(Seulement en anglais)

Effects of physical activity on depressive symptoms during breast cancer survivorship: a meta-analysis of randomised control trials

Patsou, E. D., Alexias, G. D., Anagnostopoulos, F. G., & Karamouzis, M. V. (2017). Effects of physical activity on depressive symptoms during breast cancer survivorship: a meta-analysis of randomised control trials. ESMO open, 2(5), e000271.

Le cancer du sein est l’un des cancers les plus courants chez les femmes dans le monde, et les symptômes dépressifs sont des effets secondaires perturbateurs du diagnostic et du traitement du cancer. L’activité physique et l’exercice ont émergé comme un traitement alternatif pour gérer la détresse psychologique tout au long de la survie au cancer du sein.

(Seulement en anglais)

Changes in light-, moderate-, and vigorous-intensity physical activity and changes in depressive symptoms in breast cancer survivors: a prospective observational study

Sylvester, B. D., Ahmed, R., Amireault, S., & Sabiston, C. M. (2017). Changes in light-, moderate-, and vigorous-intensity physical activity and changes in depressive symptoms in breast cancer survivors: a prospective observational study. Supportive Care in Cancer, 25(11), 3305-3312.

Malgré les recommandations aux survivants du cancer de pratiquer une activité physique modérée ou vigoureuse, l’activité physique de faible intensité peut aussi avoir des effets bénéfiques sur la santé mentale. Cette étude visait à examiner les associations entre l’activité physique légère, modérée et vigoureuse et les symptômes dépressifs chez les survivantes du cancer du sein plus d’un an après le traitement.

(Seulement en anglais)

Life after diagnosis and treatment of cancer in adulthood: Contributions from psychosocial oncology research

Stanton, A. L., Rowland, J. H., & Ganz, P. A. (2015). Life after diagnosis and treatment of cancer in adulthood: Contributions from psychosocial oncology research. American Psychologist, 70(2), 159.

Dans cet article, nous décrivons la survie après l’achèvement du traitement médical pendant les périodes de rentrée, de survie précoce et de survie à long terme. Nous décrivons les principales séquelles psychosociales et physiques auxquelles font face les adultes pendant ces périodes, nous soulignons les interventions psychosociales et comportementales prometteuses après le traitement et nous offrons des recommandations pour la recherche future et la pratique fondée sur des données probantes.

(Seulement en anglais)

Predicting changes in posttraumatic growth and subjective well‐being among breast cancer survivors: the role of social support and stress

McDonough, M. H., Sabiston, C. M., & Wrosch, C. (2014). Predicting changes in posttraumatic growth and subjective well‐being among breast cancer survivors: the role of social support and stress. Psycho‐Oncology, 23(1), 114-120.

En théorie, le soutien social devrait être associé positivement à la croissance posttraumatique (PTG) et au bien-être subjectif, et le stress devrait être associé positivement au PTG et négativement associé au bien-être subjectif chez les survivantes du cancer du sein (C.-B.). Cependant, les données empiriques sont mixtes, surtout transversales, et peu d’études ont examiné les effets uniques de ces prédicteurs sur les changements positifs dans les expériences psychologiques après le diagnostic du cancer et le traitement systémique. Cette étude a examiné le soutien social et le stress généraux et propres à la Colombie-Britannique en tant que prédicteurs du changement du PTG et du bien-être subjectif chez les survivants de la Colombie-Britannique.

(Seulement en anglais)

Cancer prehabilitation: an opportunity to decrease treatment-related morbidity, increase cancer treatment options, and improve physical and psychological health outcomes

Silver, J. K., & Baima, J. (2013). Cancer prehabilitation: an opportunity to decrease treatment-related morbidity, increase cancer treatment options, and improve physical and psychological health outcomes. American journal of physical medicine & rehabilitation, 92(8), 715-727.

La préhabilitation au cancer, un processus sur le continuum de soins qui se produit entre le moment du diagnostic du cancer et le début du traitement aigu, comprend des évaluations physiques et psychologiques qui établissent un niveau fonctionnel de base, identifie les déficiences, et fournit des interventions ciblées qui améliorent la santé d’un patient afin de réduire l’incidence et la gravité des déficiences actuelles et futures. Il y a de plus en plus de données scientifiques qui appuient la préparation des patients nouvellement diagnostiqués pour le cancer et l’optimisation de leur santé avant de commencer les traitements aigus. Il s’agit du premier examen de la préhabilitation au cancer, et l’objectif était de décrire les premières études dans la population non cancéreuse, puis l’accent historique chez les patients atteints de cancer sur le conditionnement aérobique et le renforcement de la force et de l’endurance grâce à un régime d’exercice approprié.

(Seulement en anglais)

Prevalence, correlates, and psychosocial outcomes of sport participation in young adult cancer survivors

Belanger, L. J., Plotnikoff, R. C., Clark, A. M., & Courneya, K. S. (2013). Prevalence, correlates, and psychosocial outcomes of sport participation in young adult cancer survivors. Psychology of Sport and Exercise, 14(2), 298-304.

Les jeunes adultes survivants du cancer (YACS) font face à des défis uniques liés à leur maladie et à leurs traitements qui peuvent influencer leurs choix de participation sportive ainsi que leur réponse psychosociale.

(Seulement en anglais)

The efficacy of exercise in reducing depressive symptoms among cancer survivors: a meta-analysis

Brown, J. C., Huedo-Medina, T. B., Pescatello, L. S., Ryan, S. M., Pescatello, S. M., Moker, E., ... & Johnson, B. T. (2012). The efficacy of exercise in reducing depressive symptoms among cancer survivors: a meta-analysis. PloS one, 7(1).

Le but de cette méta-analyse était d’examiner l’efficacité de l’exercice pour réduire les symptômes dépressifs chez les survivants du cancer. De plus, nous avons examiné dans quelle mesure la dose d’exercice et les caractéristiques cliniques des survivants du cancer influent sur la relation entre l’exercice et la réduction des symptômes dépressifs.

1 - 10 de 14 résultats
Page: 12

Outils

(Seulement en français)

Guide d’intervention en activités physiques adaptées à l’intention des kinésiologues

Maïano, C., Hue, O., ‏, Moullec, G., & Pepin, V. (2020). Guide d’intervention en activités physiques adaptées à l’intention des kinésiologues. (S.l.): (s.n.).

Le Guide d’intervention en activités physiques adaptées à l’intention des kinésiologues s’adresse aux étudiants en kinésiologie et aux kinésiologues susceptibles d’intervenir auprès de différentes populations en situation de handicap ou présentant des besoins particuliers. Conçu sous la forme d’un guide pratique, ce livre a été rédigé par plus de 50 spécialistes en kinésiologie et en activités physiques adaptées. Issus de cette collaboration, les 20 chapitres proposés interpellent directement les compétences professionnelles du kinésiologue. Plus particulièrement, ils présentent les cadres de pratique et de référence dans lesquels le kinésiologue s’inscrit, le concept d’activité physique adapté et les éléments fondamentaux à considérer pour l’intervention en activités physiques adaptées.

(Disponible en anglais)

Promouvoir la santé mentale par un counseling sur l’activité physique. Lignes directrices pratiques pour les médecins de famille

Beaulac, J., Carlson, A., Boyd R. J. (2011). Promouvoir la santé mentale par un counseling sur l’activité physique. Lignes directrices pratiques pour les médecins de famille. Can Fam Physician, 57, e122-4.

Ce document bref vise à outiller les médecins de famille en proposant une méthode éprouvée de counseling, la technique des 5 A (analyser, avertir, se mettre d'accord, assister, arranger) appliquée à l'activité physique dans une perspective de promotion de la santé mentale, pour offrir des conseils et changer les comportements sur le plan de la santé des patients.

(Seulement en anglais)

Healthy Bodies Healthy Minds: Physical activity & mental health in children and young people. Practitioners briefing

NHS Health Scotland. (2009). Healthy Bodies Healthy Minds: Physical activity & mental health in children and young people. Practitioners briefing. Edinburgh, Scotland:NHS Health Scotland.

Ces notes s'adressent aux praticiens qui travaillent avec des enfants et des jeunes. On y propose une liste d'activités qui peut s'avérer utile, et on y explique pourquoi l'activité physique peut améliorer la santé mentale et qui peut en bénéficier.

Liens

Kino-Québec
Le programme Kino-Québec, mis en place en 1978 par le gouvernement du Québec, est aujourd’hui géré conjointement par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, le ministère de la Santé et des Services sociaux, et les agences de développement de réseaux locaux de services de santé et de services sociaux. Le programme Kino-Québec vise à promouvoir un mode de vie physiquement actif pour contribuer au mieux-être de la population québécoise.

Santé Canada – Activité physique
La page Web de Santé Canada consacrée à l’activité physique présente des recommandations et suggère des liens pour obtenir de l’information sur des ressources et des programmes qui visent à promouvoir la pratique de l’activité physique en vue d’améliorer la santé physique et mentale. 

L’Alliance pour l’activité physique et la santé
L’Alliance écossaise pour l’activité physique et la santé est un réseau qui regroupe une variété de personnes provenant de différents secteurs et professions et impliquées dans la promotion de l’activité physique et de la santé en Écosse. Elle contribue à informer les gens, les met en relation les uns avec les autres, et participe au développement et à la mise en place de nouvelles politiques. 

VicHealth
La Fondation victorienne de promotion de la santé, mieux connue sous le nom de VicHealth, travaille en partenariat avec les organisations, les communautés, et les particuliers pour faire de la santé un élément central de notre vie quotidienne. Promouvoir la santé en favorisant le changement dans les environnements sociaux, économiques, culturels et physiques constitue la base de leur mission. Faites la lecture de leurs publications sur le sport, les loisirs, et le transport actif afin d’encourager et d’accroître l’activité physique.

DesÉquilibres
DesÉquilibres est une coopérative de solidarité à but non lucratif, qui lie le sport à l’engagement social des jeunes dans le but de permettre aux jeunes d’être des bâtisseurs de la société de demain. 

Équipe du dossier

Isabelle Doré, Ph. D.

Isabelle Doré est professeure adjointe à École de kinésiologie et sciences de l’activité physique de la faculté de médecine de l’Université de Montréal et chercheuse régulière au... En savoir plus

Paquito Bernard, Ph. D.

Paquito Bernard est professeur au Département des Sciences de l'activité physique de l'Université du Québec à Montréal et chercheur de l'Institut Universitaire en Santé Mentale de Montréal.... En savoir plus

Ahmed Jérôme Romain, Ph. D.

Ahmed Jérôme Romain est kinésiologue, professeur à l'Université de Montréal et chercheur régulier au Centre de Recherche de l'Institut Universitaire en Santé Mentale de Montréal. Ses... En savoir plus