Promotion de la santé mentale

Sexe, genre et santé mentale

Éditos

La lutte à l’oppression de genre pour une meilleure santé mentale

Publié le 17 mai 2020 par Philippe Roy (professeur), Zahra Akbari (candidate à la maîtrise), École de travail social, Université de Sherbrooke

Le genre est un important déterminant social de la santé mentale. Il correspond aux normes, rôles, identités et attentes sociales envers les femmes, les hommes et les personnes de diverses identités de genre (Tannenbaum, Greaves, & Graham, 2016). Ensemble, ces facteurs influencent les comportements des individus en regard de la santé mentale ainsi que la perception et la réponse des professionnels envers les besoins de chacun d’eux. Les différences résident dans la façon de...

Lire la suite

Marketing social : la créativité au service de la promotion de la santé mentale

Publié le 25 juin 2014 par Philippe Roy

Au Québec, plusieurs publicités visent à contrer la stigmatisation de la santé mentale, notamment celles de la Fondation des maladies mentales. La campagne Demander de l’aide, c’est fort! du Centre de prévention du suicide du Saguenay-Lac-Saint-Jean brise également l’image de faiblesse associée à la demande d’aide pour la réinterpréter comme un geste de force. Ce type d’innovation trouve écho dans le récent projet Et moi comment ça va?[1] mis sur pied par le Centre de...

Lire la suite

La dépression chez les hommes : un mal caché et méconnu

Publié le 5 janvier 2012 par Philippe Roy

Pendant longtemps, la dépression a été plus particulièrement associée aux femmes. Pour certains, « les vrais hommes ne font pas de dépression ». Cette croyance est abordée dans différents programmes de promotion de la santé qui questionnent les normes masculines traditionnelles. Une campagne de publicité nationale australienne pour contrer la dépression souligne cette réalité[1]. Les hommes plus traditionnels et rigides sur le plan des rôles de genre sont plus à risque de...

Lire la suite

Quintessences

(Disponible en anglais)

Milieu de travail : terreau fertile pour la promotion de la santé mentale chez les hommes

Déry, F. (2014). Milieu de travail : terreau fertile pour la promotion de la santé mentale chez les hommes. Quintessence, 6(5), 1-2.

Le travail est souvent considéré comme un contributeur important à l'identité masculine. Dans le but de voir la relation entre l'homme et son travail autrement, l'auteur met l'accent sur les facteurs de protection que peut apporter le milieu du travail en matière de santé mentale chez les hommes. De plus, des points saillants provenant de la littérature seront exposés afin d'offrir des pistes de solution à ceux et celles souhaitant instaurer un programme de prévention ou de promotion de la santé mentale au masculin.

(Disponible en anglais)

La dépression masculine : une approche mieux ciblée

Roy, P., & Tremblay, G. (2012). La dépression masculine : une approche mieux ciblée Quintessence, 4(1), 1-2.

Même si les hommes sont près de deux fois moins nombreux que les femmes à avoir un diagnostic de dépression, ceux-ci ont un taux de suicide trois à quatre fois supérieur. Différents facteurs expliquent cette discordance, tels que le sous-diagnostic, et le fait que plusieurs hommes ne consultent pas lorsqu'ils vivent un épisode dépressif ou ne reçoivent pas le traitement approprié. À ce titre, plusieurs recherches répertorient les modes d'expérience et d'expression spécifiques à la masculinité qui échappent aux critères de dépistage généralement utilisés.

Publications: Femmes

(Seulement en anglais)

Treatment experiences with gender and discrimination among women with serious mental illness

Mizock, L., & Brubaker, M. (2019). Treatment experiences with gender and discrimination among women with serious mental illness. Psychological Services. https://doi.org/10.1037/ser0000346

Les expériences uniques des femmes atteintes d’une maladie mentale grave (IMS) sont souvent négligées dans la documentation sur les services de santé mentale et de réadaptation. Cette population fait face à un risque accru de violence, de violence sexuelle, de biais de traitement et d’un certain nombre de problèmes de santé comparativement à ses homologues masculins. Des recherches plus poussées sont nécessaires pour identifier ces différences et suggérer des implications cliniques pour travailler avec des femmes atteintes de SMI. La présente recherche qualitative comprend des données tirées d’une étude théorique fondée qui analyse des entrevues avec 20 femmes atteintes d’IMS afin d’explorer leurs expériences de traitement avec des fournisseurs de soins de santé mentale.

(Seulement en anglais)

Development of a gender-sensitive and recovery-oriented intervention for women with serious mental illness

Mizock, L. (2019). Development of a gender-sensitive and recovery-oriented intervention for women with serious mental illness. Psychiatric Rehabilitation Journal, 42(1), 3–8. https://doi.org/10.1037/prj0000313

Une étude pilote a été menée pour élaborer et fournir une évaluation formative d’une intervention de groupe pour les femmes atteintes de maladie mentale grave, Women’s Empowerment and Recovery-Oriented Care (WE-ROC).

(Seulement en anglais)

The current status of gender-sensitive mental health services for women—Findings from a global survey of experts

Chandra, P. S., Saraf, G., Bajaj, A., & Satyanarayana, V. A. (2019). The current status of gender-sensitive mental health services for women—Findings from a global survey of experts. Archives of Women’s Mental Health, 22(6), 759–770. https://doi.org/10.1007/s00737-019-01001-2

L’intégration du genre dans tous les aspects des services de santé est importante, et la santé mentale ne fait pas exception. Malgré plusieurs recommandations concernant la nécessité de services de santé mentale sensibles au genre, la disponibilité réelle de ces services n’est pas claire, tant dans les pays à revenu élevé que dans les pays à faible revenu. Nous avons cherché à comprendre quels aspects des soins de santé mentale sexospécifiques étaient considérés comme prioritaires par les experts mondiaux en santé mentale des femmes et dans quelle mesure ils étaient satisfaits de la disponibilité actuelle de ces services dans leur propre lieu de travail.

(Seulement en anglais)

Socioeconomic status and treatment of depression during pregnancy: A retrospective population-based cohort study in British Columbia, Canada

Hanley, G. E., Park, M., & Oberlander, T. F. (2018). Socioeconomic status and treatment of depression during pregnancy: A retrospective population-based cohort study in British Columbia, Canada. Archives of Women’s Mental Health, 21(6), 765–775. https://doi.org/10.1007/s00737-018-0866-6

Dans cet article, nous présentons, selon le cadre théorique féministe intersectionnel, une étude visant à mieux comprendre les dynamiques identitaires qui influencent la demande de services de santé mentale des jeunes femmes francophones vivant en situation minoritaire ainsi que les effets croisés de celles-ci sur les facteurs déclencheurs de la dépression, la perception des symptômes et le parcours thérapeutique. Notre analyse révèle que l’imbrication de plusieurs catégories d’inégalité complexifie l’accès aux services de santé mentale des jeunes femmes dépressives en situation minoritaire tout en favorisant l’émergence de stratégies de lutte et de résistance.

(Seulement en français)

LES ENJEUX INTERSECTIONNELS DE LA DEMANDE DE SERVICES DE SANTÉ MENTALE AU CANADA: La situation des jeunes femmes dépressives francophones

Gaborean, F., Negura, L., & Moreau, N. (2018). LES ENJEUX INTERSECTIONNELS DE LA DEMANDE DE SERVICES DE SANTÉ MENTALE AU CANADA: La situation des jeunes femmes dépressives francophones. Canadian Social Work Review, 35(1), 27–44. https://doi.org/10.7202/1051101ar

Dans cet article, nous présentons, selon le cadre théorique féministe intersectionnel, une étude visant à mieux comprendre les dynamiques identitaires qui influencent la demande de services de santé mentale des jeunes femmes francophones vivant en situation minoritaire ainsi que les effets croisés de celles-ci sur les facteurs déclencheurs de la dépression, la perception des symptômes et le parcours thérapeutique. Notre analyse révèle que l’imbrication de plusieurs catégories d’inégalité complexifie l’accès aux services de santé mentale des jeunes femmes dépressives en situation minoritaire tout en favorisant l’émergence de stratégies de lutte et de résistance. 

(Seulement en français)

Mauvais traitements subis dans l’enfance et problèmes de santé mentale à l’âge adulte : une étude nationale conduite auprès des Québécoises

Paquette, G., Tourigny, M., Baril, K., Joly, J., & Séguin, M. (2017). Mauvais traitements subis dans l’enfance et problèmes de santé mentale à l’âge adulte: une étude nationale conduite auprès des Québécoises. Santé mentale au Québec, 42(1), 43-63.

L’étude vise à déterminer la contribution spécifique de différentes formes de mauvais traitements à la santé mentale de femmes québécoises. Une enquête téléphonique a été réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 1 001 femmes québécoises. Diverses variables sociodémographiques et quatre formes de mauvais traitements durant l’enfance ont été mesurées afin d’explorer leur association avec l’état de stress post-traumatique et la dépression des répondantes au moment de l’enquête. Les résultats soulignent l’importance de considérer les mauvais traitements durant l’enfance et leur cooccurrence dans l’évaluation et l’intervention en santé mentale auprès des femmes adultes.

Publications: Hommes

1 - 10 de 11 résultats
Page: 12
(Seulement en français)

Les hommes et la COVID-19 au Québec

Roy, J., Tremblay, G., & Guilmette, D. (2020). Les hommes et la COVID-19 au Québec. Les Dossiers du Pôle (1). Repéré à https://www.polesbeh.ca/sites/polesbeh.ca/files/uploads/Les%20dossiers%20du%20PERSBEH%20(Numéro%201-%20Juin%202020)_0.pdf
(Seulement en français)

Réalités masculines oubliées

Deslauriers, J.-M., Lafrance, & Tremblay, G. (2019). Réalités masculines oubliées. Québec (QC) : Presses de l’Université Laval.

Cet ouvrage porte sur une variété de réalités masculines méconnues au sein du monde universitaire, du grand public ainsi que chez les professionnels de la santé et des services sociaux. Certaines de ces réalités sont même invisibles, inconnues. Pour combler cette lacune, des experts exposent ici des dimensions rarement abordées dans le champ des études sur les hommes, telles que les hommes victimes de violence conjugale, l’accompagnement sexuel d’hommes présentant un handicap, le regard d’hommes autochtones sur la violence familiale et les garçons victimes d’abus sexuels.

(Seulement en anglais)

Men, masculinities, depression: Implications for mental health services from a Delphi expert consensus study

Seidler, Z. E., Rice, S. M., Ogrodniczuk, J. S., Oliffe, J. L., Shaw, J. M., & Dhillon, H. M. (2019). Men, masculinities, depression: Implications for mental health services from a Delphi expert consensus study. Professional Psychology: Research and Practice, 50(1), 51–61. https://doi.org/10.1037/pro0000220

Adapter les traitements psychologiques aux besoins spécifiques des hommes a longtemps été une préoccupation compte tenu que de nombreux hommes sont réticents à chercher ou de s’engager avec une aide professionnelle. La présente étude vise à rechercher des conseils par l’intermédiaire d’un groupe d’experts sur les aspects essentiels à inclure dans les programmes de formation des praticiens pour travailler avec les hommes souffrant de dépression

(Seulement en anglais)

Canadian men’s health stigma, masculine role norms and lifestyle behaviors

McCreary, D. R., Oliffe, J. L., Black, N., Flannigan, R., Rachert, J., & Goldenberg, S. L. (2019). Canadian men’s health stigma, masculine role norms and lifestyle behaviors. Health Promotion International, daz049. https://doi.org/10.1093/heapro/daz049

Les hommes courent un risque élevé de morbidité et de mortalité prématurée en raison de plusieurs des maladies graves les plus courantes. Bien que de nombreux facteurs aient été identifiés pour expliquer le risque chez les hommes, cette étude a porté sur la relation entre les comportements liés au mode de vie, l’autostigmatisation liée à la santé et les normes du rôle masculin. Un échantillon stratifié par âge et par emplacement de 2000 hommes canadiens a réalisé des mesures évaluant cinq comportements liés au mode de vie (tabagisme, consommation d’alcool, sommeil, alimentation et exercice), un dépistage de la dépression et des mesures de l’auto-stigmatisation et des normes relatives aux rôles masculins.

(Seulement en français)

Intervenir auprès des hommes en difficulté

Cloutier, R., Roy, J., Bernard, F. O., & Beaulieu, A. (2018). Intervenir auprès des hommes en difficulté. Québec : Presses de l’Université Laval.

L’objectif premier de ce livre est d’être utile à l’intervention auprès des hommes. Il s’adresse tout particulièrement aux milieux de pratique, mais également à ceux et celles désirant mieux connaître les réalités masculines afin de mieux intervenir auprès des hommes. C’est l’expertise d’AutonHommie, acquise depuis plus de trois décennies auprès d’hommes en difficulté, qui constitue le socle de l’ouvrage. Une convergence importante des résultats de recherches récentes sur les hommes québécois en matière de santé et de bien-être, et leur rapport aux services, et l’expérience de l’intervention à AutonHommie, est mise en évidence.

(Seulement en français)

Faits saillants du sondage sur la demande d’aide des hommes

Regroupement provincial en santé et bien-être des hommes. (2018). Faits saillants du sondage sur la demande d’aide des hommes. Montréal : RPSBEH.

Présentation du Regroupement provincial en santé et bien-être des hommes et du Pôle d’expertise et de recherche en santé et bien-être des hommes. Objectif principal de l’étude : connaître les facteurs facilitant la consultation d’une ressource ou d’un intervenant psychosocial en cas de besoin et leurs préférences en matière d’intervention. Données inédites en soutien à la mise en œuvre du Plan d’action ministériel en santé et bien-être des hommes.

(Seulement en anglais)

Peer Positive Social Control and Men’s Health-Promoting Behaviors

Houle, J., Meunier, S., Coulombe, S., Mercerat, C., Gaboury, I., Tremblay, G., … Lavoie, B. (2017). Peer Positive Social Control and Men’s Health-Promoting Behaviors. American Journal of Men’s Health, 11(5), 1569‑1579. https://doi.org/10.1177/1557988317711605

Les hommes sont généralement considérés comme moins enclins à prendre soin de leur santé. À ce jour, la plupart des études sur la santé des hommes se sont concentrées sur les déficits en autosoins et les difficultés à traiter avec ce domaine de leur vie. La présente étude redéfinit cette perspective en utilisant une approche fondée sur les forces salutogéniques et en cherchant à identifier les variables qui influencent les hommes à prendre soin de leur santé, plutôt que de la négliger. Cette étude se concentre sur l’association entre le contrôle social positif par les pairs et les comportements de santé des hommes, tout en contrôlant pour d’autres déterminants individuels et sociaux importants (caractéristiques sociodémographiques, auto-efficacité en matière de santé, quartier familial, contrôle social positif des conjoints et norme d’émotivité restrictive).

(Seulement en anglais)

Canadian Men’s Perspectives of Depression: Awareness and Intention to Seek Help

Ogrodniczuk, J. S., Oliffe, J. L., & Black, N. (2017). Canadian Men’s Perspectives of Depression: Awareness and Intention to Seek Help. American Journal of Men’s Health, 11(4), 877–879. https://doi.org/10.1177/1557988316669617

Il est souvent présumé que les hommes sont généralement inconscients de la dépression étant un problème de santé grave et sont peu susceptibles de demander de l’aide professionnelle si elles sont devenues déprimées. Pour tester cette présomption, on a sollicité les points de vue des hommes canadiens (N = 452) concernant la conscience de la dépression et la probabilité de demander de l’aide pour la dépression.

(Seulement en anglais)

Promoting Mental Health and Wellbeing with Men and Boys : What Works?

Robertson, S., White, A., Gough, B., Robinson, M., Seims, A., Raine, G., & Hanna, E. (2015). Promoting Mental Health and Wellbeing with Men and Boys : What Works? Leeds : Centre for Men’s Health, Leeds Beckett University.

En mai 2014, la Movember Foundation a mandaté le Centre for Men’s Health de l’Université Leeds Beckett, en collaboration avec le Men’s Health Forum (Angleterre et pays de Galles), pour recueillir les données de recherche actuelles et pratiques (« tacite »). la connaissance des éléments fondamentaux qui permettent de travailler avec succès avec les garçons et les hommes en matière de promotion de la santé mentale, d’intervention précoce et de réduction de la stigmatisation.

(Seulement en français)

Conflits de rôle de genre et dépression chez les hommes

Tremblay, G., Roy, P., Morin, M.-A., Desbiens, V., & Bouchard, P. (2011). Conflits de rôle de genre et dépression chez les hommes. Revue québécoise de psychologie, 32 (1), 181-200.

Cette recherche étudie les relations entre les conflits de rôle de genre et la dépression chez les hommes. L'échantillon comprend 144 hommes québécois âgés de 25 à 52 ans. Une corrélation étroite est démontrée entre le niveau de dépression et de détresse psychologique et les conflits de rôle de genre. Ces résultats soulèvent des questions sur la validité des outils psychométriques couramment utilisés dans le dépistage de la dépression, notamment auprès des hommes présentant un degré élevé de conflit de rôle de genre.

1 - 10 de 11 résultats
Page: 12

Publications: Diversité LGBTQ+

(Seulement en anglais)

Life satisfaction and mental health among transgender students in Norway

Anderssen, N., Sivertsen, B., Lønning, K. J., & Malterud, K. (2020). Life satisfaction and mental health among transgender students in Norway. BMC Public Health, 20(1), 138. https://doi.org/10.1186/s12889-020-8228-5

Les attitudes sociales à l’égard des personnes transgenres et des autres minorités de genre varient dans le monde et, dans de nombreuses cultures, les préjugés et la stigmatisation sociale sont courants. Par conséquent, les personnes transgenres font face à des défis liés à la discrimination et aux attitudes négatives du public. L’objectif de cette étude était de comparer la satisfaction à la vie, la solitude, la santé mentale et le comportement suicidaire chez les élèves transgenres avec l’expérience des élèves cisgenres dans un échantillon national d’élèves norvégiens poursuivant des études supérieures.

(Seulement en anglais)

Understanding the Mental Health of Transgender and Nonbinary Youth

Price-Feeney, M., Green, A. E., & Dorison, S. (2020). Understanding the Mental Health of Transgender and Nonbinary Youth. Journal of Adolescent Health, S1054139X1930922X. https://doi.org/10.1016/j.jadohealth.2019.11.314

À l’heure actuelle, on manque de données nationales sur la santé mentale des jeunes transgenres et non binaires. De plus, on sait relativement peu de choses sur la façon dont la santé mentale des jeunes transgenres et non binaires se compare à celle de leurs pairs cisgenres, lesbiennes, gais, bisexuels, queers et questionneurs ou à des différences au sein de sous-groupes de jeunes transgenres et non binaires. L’objectif de la présente étude était de mieux comprendre la santé mentale des jeunes transgenres et non binaires.

(Seulement en anglais)

Depression and discrimination in the lives of women, transgender and gender liminal people in Ontario, Canada

Williams, C. C., Curling, D., Steele, L. S., Gibson, M. F., Daley, A., Green, D. C., & Ross, L. E. (2017). Depression and discrimination in the lives of women, transgender and gender liminal people in Ontario, Canada. Health & Social Care in the Community, 25(3), 1139–1150. https://doi.org/10.1111/hsc.12414

Cet article utilise une optique d’intersectionnalité pour explorer comment les expériences de race, de sexe, de sexualité, de classe et leurs intersections sont associées à la dépression et aux besoins non satisfaits en soins de santé mentale chez une population de 704 femmes et personnes transgenres/de genre liminal de l’Ontario, Canada.

(Seulement en français)

Les expériences de victimisation, la santé mentale et le bien-être de jeunes trans au Québec

Raymond, G., Blais, M., Bergeron, F.-A., & Hébert, M. (2016). Les expériences de victimisation, la santé mentale et le bien-être de jeunes trans au Québec. Santé mentale au Québec, 40(3), 77–92. https://doi.org/10.7202/1034912ar

Les normes traditionnelles de genre prescrivent l’adéquation de l’expression de la masculinité et de la féminité au sexe anatomique de naissance. Les personnes qui présentent des variations dans l’expression de genre sont sujettes à diverses formes de réactions sociales suggérant la réprobation (des regards désapprobateurs aux violences physiques) susceptibles d’influencer négativement leur santé mentale. Trente-sept jeunes se décrivant comme trans ou en questionnement sur leur identité de genre ont été recrutés dans le cadre de l’enquête sur les Parcours amoureux des jeunes de minorités sexuelles du Québec. Leurs expériences de victimisation parentale et de victimisation basée sur la non-conformité de genre ainsi que des indicateurs de santé mentale (détresse psychologique, estime de soi) ont été mesurés. 

(Seulement en français)

Parentalité et jeunes transgenres : Un survol des enjeux vécus et des interventions à privilégier pour le développement de pratiques transaffirmatives

Pullen Sansfaçon, A. (2015). Parentalité et jeunes transgenres : Un survol des enjeux vécus et des interventions à privilégier pour le développement de pratiques transaffirmatives. Santé mentale au Québec, 40(3), 93‑107. https://doi.org/10.7202/1034913ar

Cet article explore les connaissances les plus récentes sur l’expérience des jeunes trans et de leur famille, et propose des pistes d’intervention pour les professionnels travaillant directement ou indirectement avec ces populations. La première partie de l’article étaye le contexte sociopolitique dans lequel grandissent les jeunes trans. Cette discussion est suivie d’une recension des écrits sur les connaissances relatives à l’expérience des jeunes trans et de leur famille. Finalement, l’article propose deux pistes d’intervention à privilégier pour travailler avec ces populations, et ce, dans une perspective de travail transaffirmative. Notamment, on y propose de réapprendre le genre et de comprendre la complexité des parcours et expériences des personnes transgenres, ainsi que de promouvoir l’autodétermination et le soutien des familles vers l’atteinte de leurs besoins.

Études comparatives ou générales sur le genre

(Seulement en anglais)

A critical review of current evidence on multiple types of discrimination and mental health

Vargas, S. M., Huey, S. J., & Miranda, J. (2020). A critical review of current evidence on multiple types of discrimination and mental health. American Journal of Orthopsychiatry. https://doi.org/10.1037/ort0000441

On en sait peu sur les personnes qui font l’objet de multiples types de discrimination (p. ex., racisme et hétérosexisme). Bien que certains travaux suggèrent que les groupes à discrimination multiple présentent un risque plus élevé de mauvaise santé mentale, d’autres études suggèrent qu’ils pourraient développer une résilience contre d’autres types de discrimination. Nous avons effectué un examen des études publiées sur la relation entre les multiples types de discrimination et la santé mentale afin d’examiner de façon critique les données probantes à l’appui des modèles généraux de risque et de résilience.

(Seulement en anglais)

Integrating Minority Stress Theory and the Interpersonal Theory of Suicide among Sexual Minority Youth Who Engage Crisis Services

Fulginiti, A., Goldbach, J. T., Mamey, M. R., Rusow, J., Srivastava, A., Rhoades, H., Schrager, S. M., Bond, D. W., & Marshal, M. P. (2020). Integrating Minority Stress Theory and the Interpersonal Theory of Suicide among Sexual Minority Youth Who Engage Crisis Services. Suicide and Life-Threatening Behavior, sltb.12623. https://doi.org/10.1111/sltb.12623

La présente étude visait à intégrer la théorie du stress des minorités (MST) et la théorie du suicide interpersonnel (ITS) afin de mieux comprendre les taux élevés de suicide chez les jeunes des minorités sexuelles (PME). À ce jour, les STI et le MST ont largement progressé indépendamment les uns des autres, même si la base de recherche pour chaque théorie contient des lacunes que l’autre théorie peut aider à combler.

(Seulement en français)

Santé mentale et douleur: Les différences hommes–femmes

Damien, J., & Mendrek, A. (2018). Santé mentale et douleur: Les différences hommes–femmes. Douleur et Analgésie, 31(3), 129–136. https://doi.org/10.3166/dea-2018-0014

Les hommes et les femmes diffèrent dans leur réponse à plusieurs modalités de douleur en clinique et en laboratoire. Des différences hommes–femmes sont aussi observables dans certains problèmes de santé mentale, notamment la dépression et l’anxiété qui sont toutes deux associées à une expérience de douleur altérée. Cette revue de littérature met en lumière différents facteurs biologiques et psychosociaux impliqués dans les différences de sexe/genre dans la santé mentale et la douleur.

(Seulement en anglais)

Why sex and gender matter in implementation research

Tannenbaum, C., Greaves, L., & Graham, I. D. (2016). Why sex and gender matter in implementation research. BMC Medical Research Methodology, 16(1), 145. https://doi.org/10.1186/s12874-016-0247-7

Les organismes de financement de la recherche en santé et les rédacteurs de revues scientifiques ont récemment multiplié les activités visant à accroître la prise en compte des considérations liées au sexe et au genre dans la conception, la conduite et la production de rapports des études afin de s’assurer que les résultats de la recherche s’appliquent à tous. Cependant, l’examen de la documentation de recherche sur la mise en œuvre révèle que l’attention accordée au sexe et au genre n’a pas encore infiltré les méthodes de recherche dans ce domaine.

(Seulement en anglais)

Gendered depression : Vulnerability or exposure to work and family stressors?

Marchand, A., Bilodeau, J., Demers, A., Beauregard, N., Durand, P., & Haines, V. Y. (2016). Gendered depression : Vulnerability or exposure to work and family stressors? Social Science & Medicine, 166, 160‑168. https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2016.08.021

La recherche a montré que les femmes employées sont plus sujettes à la dépression que les hommes, mais les voies reliant le sexe à la dépression restent mal comprises. Le but de cette étude était d’examiner comment le travail et les conditions familiales fonctionnaient comme des antécédents potentiellement sexospécifiques de la dépression. Il a évalué plus spécifiquement comment les différences dans les symptômes dépressifs chez les femmes et les hommes pourraient être expliquées par leur vulnérabilité différentielle et l’exposition aux conditions de travail et familiales, ainsi que par le rôle médiateur de conflit travail-famille (WFC) et de conflit famille-travail (FWC).

Liens

Instituts de la santé des femmes et des hommes – module de formation
Modules de formation en ligne: intégrer la notion du sexe et du genre dans la recherche en santé.

Chaire de recherche du Canada sur enfants transgenres et leurs familles
La Chaire de recherche du Canada sur enfants transgenres et leurs familles : mieux comprendre pour mieux agir propose une programmation de recherche ancrée dans les approches transaffirmatives auprès des enfants et leurs familles, en développant une compréhension innovante et plus globale de l’expérience des enfants et des jeunes trans et de la diversité des genres, en prenant en compte l’ensemble des enjeux sociaux, structurels, et relationnels que vivent ces jeunes. 

La Chaire a aussi pour but de développer des stratégies d’action pour améliorer les conditions de vie de ces enfants et de leurs familles.

Trans Pulse Project
Le projet Trans PULSE (Ontario) était un projet de recherche communautaire (PRC) qui a étudié l’impact de l’exclusion sociale et de la discrimination sur la santé des personnes trans en Ontario, au Canada. Nous avons fourni de nouvelles informations qui ont été utilisées pour changer les politiques et les pratiques afin d’améliorer la santé des communautés trans. Le projet a mené au développement ultérieur de l’étude Trans PULSE Canada.

Pôle d’expertise et de recherche en santé et bien-être des hommes
Université Laval.

UBC – Men’s health research
Recherche sur la santé des hommes à l’Université de la Colombie-Britannique.

Le Royal – recherche en santé mentale des femmes
Le Programme de santé mentale pour les femmes est un programme novateur qui a été créé afin de combler le besoin de répondre à l’expérience  de santé mentale, le traitement et le retablissement unique qu’ont les femmes de la maladie mentale en raison de leurs différences biologiques et de leurs différents rôles sociaux.

UBC – Women’s health research
The Women’s Health Research Cluster is an initiative originating at UBC to spotlight the need for women’s health research and to mobilise and catalyse more research in women’s health. Our cluster, which is open to anyone interested, is a network of researchers and research partners including clinicians, community partners, and trainees, engaging in, and interested in, women’s health research, across disciplines.

ALLUME.ORG Et moi, Comment ça va?
Le programme Et moi? Comment ça va? vise à sensibiliser chaque individu aux indicateurs de sa propre santé psychologique. Trois grands axes sont retenus : sensibilisation via des programmes de marketing social, activités de sensibilisation et de prévention via les médias radiophoniques, activités de sensibilisation et de prévention à l’aide d’affichage publique. S’appuyant sur l’importance d’agir en amont, la campagne mise sur des aspects positifs, comme le sens des responsabilités et l’autonomie, afin de promouvoir des solutions accessibles et susciter une réflexion à propos du besoin de consulter des ressources d’aide professionnelle.

Man Therapy ™
Man Therapy désigne une campagne axée sur la santé mentale et la prévention du suicide à l’intention des hommes en âge de travailler (de 25 à 54 ans). L’objectif est d’utiliser l’humour pour contrer la stigmatisation et traiter des questions comme la dépression, le divorce et les pensées suicidaires. Cette campagne est organisée à partir du site Man Therapy et met en scène l’imaginaire docteur Mahogany. 
Man Therapy a été conçue par Cactus, agence de publicité de Denver, en association avec la fondation Carson J. Spencer et le bureau de prévention du suicide (Office of Suicide Prevention) du département de la Santé publique et de l’Environnement du Colorado (CDPHE).

Équipe du dossier

Philippe Roy, Ph. D.

Philippe Roy, Ph. D. est professeur adjoint à l’École de travail social de l’Université de Sherbrooke. En lien avec son expérience professionnelle et bénévole, ses intérêts de recherche... En savoir plus

Zahra Akbari

Zahra Akbari est étudiante à la maîtrise en travail social à l'Université de Sherbrooke, et possède huit années d'expérience dans le domaine de la santé mentale et de la toxicomanie en Iran.... En savoir plus