Article

Être satisfait ou non de sa vie à 19 ans: certains facteurs n’ont pas le même poids pour les femmes et pour les hommes

Publié le 27 janvier 2020 par Mai Thanh Tu et Hélène Desrosiers, Institut de la statistique du Québec

Lors du passage à la vie adulte, les jeunes vivent d’importants changements pouvant affecter leur bien-être (Arnett, 2015). La satisfaction à l’égard de la vie est un indicateur du bien-être émotionnel qui repose sur une appréciation personnelle du fonctionnement et des conditions de vie. Plus l’appréciation est proche des attentes, plus grande sera la satisfaction à l’égard de la vie (Carr et autres, 2001). Alors que de nombreuses études sur le passage à la vie adulte ont été menées aux États-Unis et en Europe, les études québécoises sur le sujet sont plus récentes et moins nombreuses. Parmi ces dernières, la plupart portent sur un seul aspect du passage à l’âge adulte, par exemple, les cheminements amoureux, ou sur des populations particulières, comme les jeunes présentant un profil de vulnérabilité. Qu’en est-il de la satisfaction à l’égard de la vie chez les jeunes québécois lors de cette période charnière de leur développement? Quels sont les facteurs associés à leur satisfaction?

À partir des données de l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ1), l’Institut de la statistique du Québec a publié récemment un fascicule2 pour décrire le niveau de satisfaction à l’égard de la vie chez les jeunes de 19 ans visés par l’étude (nés au Québec en 1997-1998), puis à cerner les facteurs qui y sont le plus fortement associés parmi un ensemble de caractéristiques individuelles (ex. le sexe, l’obtention d’un premier diplôme, la situation résidentielle, l’indécision vocationnelle, la situation financière, l’état de santé global et certaines habitudes de vie), familiales et sociales mesurées à 19 ans. Le lien entre la satisfaction à l’égard de la vie à 19 ans et certaines situations perçues comme stressantes à la fin de l’adolescence, par exemple, la solitude ou la relation avec les parents ou les amis a été également étudié. Des analyses additionnelles ont été menées afin de vérifier si la relation entre certains de ces facteurs et la satisfaction à l’égard de la vie varie selon le sexe.

Les résultats ont permis de constater que près de 9 jeunes sur 10 se disaient satisfaits ou très satisfaits de leur vie à 19 ans, peu importe le sexe. Plusieurs facteurs prédisent la satisfaction à l’égard de la vie à cet âge et ce, tant chez les femmes que chez les hommes, par exemple le fait d’avoir obtenu un diplôme d’études secondaires ou professionnelles, d’être physiquement actif dans ses loisirs (peu importe le niveau), la satisfaction de sa relation avec ses parents ou encore la présence d’un certain soutien de son entourage.

Les analyses additionnelles révèlent que certains facteurs augmentent les chances d’être satisfaits ou très satisfaits de sa vie chez les hommes mais pas chez les femmes, par exemple le fait de rapporter que la solitude génère peu ou pas de stress à 17 ans ou d’avoir un partenaire amoureux à 19 ans. De plus, il ressort que si avoir suffisamment d’argent pour répondre à ses besoins fondamentaux ou d’être à l’aise financièrement à 19 ans est associé à la satisfaction à l’égard de sa vie chez les femmes comme chez les hommes, l’effet est plus marqué chez ces derniers.

____________________________________________________________________

1L’ELDEQ, menée auprès d’une cohorte d’enfants nés au Québec en 1997-1998 et suivis depuis l’âge d’environ 5 mois, est réalisée par l’Institut de la statistique du Québec avec le soutien de plusieurs partenaires. Pour en savoir plus, voir les informations sur le site web de l’Étude.

 
2Pour en savoir plus, consultez le fascicule suivant: La satisfaction à l’égard de la vie lors du passage à l’âge adulte.

 

Références

 
ARNETT, J. J. (2015). Emerging Adulthood: The Winding Road From The Late Teens Through The Twenties, [En ligne], 2e édition, New York, Oxford University Press, 394 p. https://doi.org/10.1093/oxfordhb/9780199795574.013.9 (Consulté le 13 août 2019).

CARR, A. J., B. GIBSON et P. G. ROBINSON (2001). Measuring quality of life: Is quality of life determined by expectations or experience?, BMJ, [En ligne], vol. 322, no 7296, mai, p.1240-1243. (Measuring quality of life). https://doi.org/10.1136/bmj.322.7296.1240 (Consulté le 18 juin 2019).