Article

La promotion de la santé mentale comme axe d’intervention incontournable pour l’atteinte des objectifs de développement durable

Publié le 7 novembre 2019 par Marie Claude Roberge, Pascale Mantoura

En 2015, l’Organisation des Nations Unies a proposé 17 objectifs de développement durable (ODD) qui ciblent les défis mondiaux comme ceux d’éradiquer la pauvreté, de réduire les inégalités, de protéger la planète, et d’assurer la paix et la prospérité pour tous. La santé mentale y est reconnue pour la première fois de manière explicite comme une cible des ODD. En particulier, la cible 3.4 indique que le taux de mortalité prématurée due à des maladies non transmissibles sera réduit d’un tiers d’ici 2030 par la prévention et le traitement, ainsi que par la promotion de la santé mentale et du bien-être.

La Commission Lancet sur la santé mentale dans le monde saisit l’occasion offerte par les ODD pour élargir sa proposition de programme mondial et ainsi contribuer à l’atteinte des ODD. Jusqu’à récemment, les préoccupations portaient principalement sur la réduction des barrières d’accès aux services pour les personnes qui souffrent d’un trouble mental. Aujourd’hui, on réitère l’importance de cibler les déterminants de la santé mentale afin d’améliorer la santé mentale de tous et de réduire la « part des troubles mentaux dans la charge mondiale de morbidité ». La mise en œuvre de ce programme mondial renouvelé passe par une série d’actions comme l’inclusion des services de santé mentale dans la couverture universelle des soins de santé, la capacité d’anticiper et de contrer les menaces à la santé, telles que les inégalités sociales, la violence, et les incertitudes économiques, et la mise en place de politiques publiques favorables à la santé mentale.

Les interrelations entre d’une part la santé mentale et le bien-être, et d’autre part les objectifs de développement durable nécessitent une main-d’œuvre qualifiée pour l’action. On pense à la main-d’œuvre de santé publique (voir éditorial du 30 mars 2018), mais également à la main-d’œuvre élargie de divers secteurs, tels que ceux des soins, des services sociaux, de l’éducation, du domaine municipal, etc. (Mantoura, Roberge, Fournier, 2017). Le développement et le soutien de cette main-d’œuvre sont aujourd’hui une priorité en vue d’atteindre ces objectifs.

Pour en savoir plus sur :
Les travaux de la Commission Lancet sur la santé mentale dans le monde et le rapport récemment déposé, consultez la page : www.globalmentalhealthcommission.org

La conférence de l’UIPES 2019 dont le thème était « WAIORA : Promouvoir la santé planétaire et le développement durable pour tous » :

voir plus précisément le symposium de Margaret Barry, Pascale Mantoura et Janet Fanslow sur les liens entre les ODD, la promotion de la santé mentale, et la nécessité de renforcer et de former une main-d’œuvre de santé publique et élargie

Pour la version en Français, cliquez ici.

Pour la version en Anglais, cliquez ici.

 

Références

Mantoura, P., Roberge, M.-C., & Fournier, L. (2017). Un cadre de référence pour soutenir l’action en santé mentale des populations. Santé mentale au Québec, XLII(1), Printemps 2017, 105-123.