Article

La santé mentale des étudiants internationaux

Publié le 26 novembre 2019 par Équipe du CAPRES

Les étudiants internationaux sont de plus en plus présents dans les établissements d’enseignement supérieur. En effet, près d’un étudiant sur sept fréquentant les universités québécoises n’est pas citoyen canadien ou résident permanent (BCI, 2018).

Bien qu’une part de leurs défis soit similaire à ceux des étudiants locaux, ils vivent dans leur parcours migratoire plusieurs obstacles et défis qui peuvent avoir un impact sur leur santé mentale: la barrière de la langue, le racisme et les préjugés, le choc culturel, l’adaptation à la pédagogie et à l’encadrement, et le réseau social à reconstruire.

Le dossier du CAPRES sur les étudiants internationaux (CAPRES, 2019) vise principalement à permettre une prise de conscience des obstacles vécus par les étudiants afin de les soutenir et diminuer l’impact de ces obstacles sur leur réussite.

Dans le deuxième volet du dossier, on apprend que les obstacles et les défis rencontrés par les étudiants internationaux peuvent contribuer à les fragiliser sur les plans psychologique et social. Ils peuvent être plus réticents que les autres étudiants à demander de l’aide en santé mentale, car certains viennent de pays et de cultures où la maladie mentale est plus fortement stigmatisée et où les soins sont moins accessibles.

La stigmatisation de la santé mentale et de la maladie mentale peut faire en sorte que l’étudiant souffre en silence de stress, d’anxiété, de fatigue, d’insomnie, de perte de confiance en soi et d’isolement, car il a honte de vivre de telles émotions (Winter, 2019).

Haber et Griffiths (2017) formulent des recommandations pour les professionnels qui conseillent et guident les étudiants internationaux. Ils proposent entre autres:

  • D’apprendre à défaire les mythes sur la santé mentale afin de promouvoir la sensibilisation à la santé mentale et le bien-être chez les étudiants internationaux;
  • De cerner son rôle professionnel et surtout ses limites d’intervention envers les étudiants internationaux qui présentent des niveaux élevés de détresse psychologique;
  • De se sentir à l’aise de choisir et d’employer des techniques et outils de counseling adaptés à la culture avec des étudiants internationaux en grande détresse.

 

________________________________

À propos du CAPRES

Le Consortium d’animation sur la persévérance et la réussite en enseignement supérieur (CAPRES) agit, au regard des enjeux d’accessibilité, de persévérance et de réussite en enseignement supérieur, comme:

  • Une VITRINE permettant la circulation des connaissances issues de la recherche et de la pratique et favorisant leur transfert au sein des différents milieux de l’enseignement supérieur.
  • Une INTERFACE contribuant à la mise en commun de ces connaissances et des acteurs impliqués sur ces enjeux en enseignement supérieur.

Créé en 2002, le CAPRES a pour mission d’œuvrer au développement d’une culture de l’accessibilité, de la persévérance et de la réussite en enseignement supérieur au Québec. Il contribue également à la réflexion sous-jacente au développement et à la mise en œuvre de politiques, de programmes et de mesures de soutien aux étudiantes et aux étudiants du postsecondaire, ainsi qu’à leur accessibilité, leur persévérance et leur réussite.

 

Références

Bureau de coopération interuniversitaire – BCI (2018). Données préliminaires relatives aux inscriptions au trimestre d’automne 2018.

CAPRES (2019). Étudiants internationaux en enseignement supérieur. Accessible sur le site web du CAPRES: http://www.capres.ca/dossiers/etudiants-internationaux/

Haber, F., Griffiths, S. (2017). 5 unique mental health stressors faced by international students. European Association for International Education.

Winter, A. (2019). Understanding international student mental health. Universities UK: The Voice of Universities, 26 mars.