Article

Le rôle clé des soins de santé mentale en collaboration

Publié le 21 septembre 2011 par Nick Kates

Les services de santé mentale reconnaissent de plus en plus les rôles primordiaux exercés par les soins primaires dans la prestation de services de santé mentale dans pratiquement chaque communauté du Canada. Ils reconnaissent également l’importance d’établir des partenariats afin d’optimiser ces rôles. Une telle collaboration permet aux services d’utiliser de manière plus efficace leurs ressources respectives, d’améliorer l’accès aux services de santé mentale et de toxicomanie, de mieux coordonner les soins, et d’améliorer l’expérience des personnes qui reçoivent ou cherchent à obtenir des soins pour un problème de santé mentale ou de toxicomanie.

Bien que chaque service de santé mentale puisse prendre de nombreuses mesures pour améliorer la collaboration, en accélérant, par exemple, la communication et la transmission des rapports, et en effectuant des consultations téléphoniques et un suivi auprès des médecins de famille, de plus en plus de communautés intègrent également des services de santé mentale dans le contexte des soins primaires. Ces modèles ont constamment démontré leur capacité d’améliorer l’accès aux soins, de même que la continuité et la coordination de ces soins, et de réduire l’utilisation des services de santé mentale traditionnels. Ils sont très bien perçus, tant par les intervenants que par les patients, qui trouvent non seulement plus pratique, mais aussi moins stigmatisant de se présenter au cabinet de leur médecin de famille pour un problème de santé mentale.

L’Association des psychiatres du Canada et le Collège des médecins de famille du Canada travaillent de concert depuis 1996 afin de promouvoir la collaboration parmi leurs membres, et ils parrainent une assemblée annuelle extrêmement fructueuse depuis 2000 qui a attiré cette année près de 500 participants. L’idée d’un tel partenariat est née d’un énoncé de principes qu’ils ont préparé en 1997, lequel a donné lieu à la formation d’un groupe de travail mixte qui se réunit encore aujourd’hui. L’enthousiasme que suscitent les soins en collaboration chez les fournisseurs de soins et les planificateurs du système de santé est tel, que le groupe de travail a récemment mis à jour l’énoncé de principes originel.

« L’évolution des soins de santé mentale en collaboration au Canada : une vision d’avenir partagée » s’appuie sur le travail déjà effectué et propose un cadre conceptuel permettant de faire progresser les soins de santé mentale en collaboration. L’énoncé présente une vision selon laquelle les soins primaires pourraient faire partie d’un système mieux intégré de soins de santé mentale, et il explique les changements que les intervenants devront apporter pour en récolter les bénéfices. Il met de l’avant les stratégies spécifiques que les médecins peuvent adopter individuellement, mais que peuvent également utiliser les planificateurs de soins, les établissements d’enseignement et les autres principaux intervenants à l’échelle municipale, régionale, provinciale et territoriale. Cela favorisera l’avancement d’un programme de concertation visant à mieux répondre aux besoins de la population et des communautés, en particulier de celles ayant un accès limité aux soins adéquats; préparera les futurs médecins à une pratique plus réceptive et axée sur la personne; et transformera peu à peu la prestation des soins de santé mentale partout au Canada.

Dossier(s) associé(s)

Soins en collaboration