Article

Poursuivre les efforts pour mieux répondre aux besoins des jeunes dont un parent a un trouble de santé mentale

Publié le 20 février 2019 par Geneviève Piché et Aude Villatte

Environ 20 % des jeunes canadiens et canadiennes vivent avec un parent ayant un trouble de santé mentale (PTSM)1. Ces jeunes (JPTSM) sont plus à risque de vivre des difficultés sociales, émotionnelles et scolaires et de développer un TSM2. Un certain nombre de recherches ont donc été réalisées sur cette clientèle, et ce autour de trois axes principaux :

1)    Les besoins des JPTSM et de leurs familles. Les études montrent que ceux-ci ont besoin d’avoir accès à de l’information sur les TSM (manifestations, conséquences sur la vie familiale, etc.), à des stratégies concrètes pour faire face aux défis rencontrés et à du soutien professionnel et informel. La diminution de la stigmatisation entourant les TSM semble également essentielle. Les intervenants relèvent que cette clientèle peut être réticente à recevoir des services en raison d’une crainte de subir le jugement des autres3.

2)    Le développement et l’évaluation de stratégies et de programmes efficaces de prévention/d’intervention. Plusieurs stratégies et programmes de prévention et d’intervention individuels, familiaux ou de groupe, non francophones ciblant les besoins susmentionnés et permettant de diffuser à large échelle des contenus variés, ont déjà fait leur preuve à l’étranger (par ex., Family Talk)4. Le risque que ces jeunes développent des difficultés adaptatives peut être réduit de 40 % lorsque de tels services sont mis à leur disposition5.

3)    Les défis liés à l’implantation de ces stratégies et programmes de prévention/intervention. À ce jour, l’accès à ce type de services demeure limité et il semble y avoir un écart important entre les besoins des JPTSM et les services préventifs offerts. La majorité des travaux ont identifié les représentations des intervenants et les contingences de leur contexte professionnel comme étant des obstacles majeurs pour l’intervention auprès des proches. Les intervenants en santé mentale adulte ne reconnaissent pas toujours l’importance d’intervenir auprès des JPTSM et leurs familles. Ils estiment également manquer de connaissances, de temps et de ressources pour intervenir efficacement auprès d’eux. Également, pour certains, la crainte d’affecter négativement l’alliance thérapeutique avec leurs clients est un obstacle les empêchant d’intervenir auprès des JPTSM ou les amenant à avoir une résistance à le faire6.

Si le soutien à apporter à ces jeunes, de l’enfance à l’entrée dans l’âge adulte, constitue désormais une priorité gouvernementale au Québec et au Canada7, il n’existe que peu d’études sur cette clientèle et d’outils d’intervention québécois4. Il apparaît donc nécessaire, aujourd’hui, de poursuivre les recherches pour vérifier dans quelle mesure les résultats d’études empiriques et les stratégies de prévention/d’intervention identifiés à l’étranger s’avèrent valides ici. Ce dossier permettra de mettre en valeur les travaux réalisés au Québec, notamment en contexte francophone. Vous y trouverez :

–       Les articles décrivant les principales recherches effectuées à l’étranger et au Québec sur cette problématique;
–       Des manuels d’intervention, des guides d’information et de soutien, ainsi que des liens vers des ressources pour les proches d’une personne atteinte d’un problème de santé mentale.

Références

1.             Bassani, D. G., Padoin, C. V., Philipp, D., et Veldhuizen, S. (2009). Estimating the number of children exposed to parental psychiatric disorders through a national health survey. Child and Adolescent Psychiatry and Mental Health, 3, 1-7. doi: 10.1186/1753-2000-3-6.
2.             Van Doesum, K. T., et Hosman, C. M. (2009). Prevention of emotional problems and psychiatric risks in children of parents with a mental illness in the Netherlands: II. Interventions. Australian e-Journal for the Advancement of Mental Health, 8(3), 264-276.
3.             Wahl, P., Bruland, D., Bauer, U., Okan, O., et Lenz, A. (2017). What are the family needs when a parent has mental health problems? Evidence from a systematic literature review. Journal of Child and Adolescent Psychiatric Nursing, 30(1), 54-66.
4.             Piché, G., Villatte, A, et Habib, R. (accepté). Les programmes d’intervention pour les enfants et adolescents vivant avec un parent ayant un trouble mental. Dans Boily, M., Piché, G. et S. Bourque (dir.), Parentalité et problèmes de santé mentale. Montréal : Presses de l’Université du Québec.
5.             Siegenthaler, E., Munder, T., et Egger, M. (2012). Effect of preventive interventions in mentally ill parents on the mental health of the offspring: systematic review and meta-analysis. Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, 51(1), 8-17.
6.             Lauritzen, C., Reedtz, C., Van Doesum, K., et Martinussen, M. (2014). Implementing new routines in adult mental health care to identify and support children of mentally ill parents. BMC Health Services Research, 14, 58-72.
7.             Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (2015, a). Plan d’action en santé mentale 2015-2020: Faire ensemble et autrement. (Publication n° 17-914-17W). Repéré à http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2015/15-914-04W.pdf

 

Dossier(s) associé(s)

Intervenir auprès des proches