Article

Rôle de l’enseignant.e au collégial et bien-être des étudiants.e.s

Publié le 24 février 2020 par Marc-André Gosselin, coordonnateur et professeur au département de psychologie, Collège de Bois-de-Boulogne, et Robert Ducharme, professeur de psychologie retraité, Cégep de St-Jérôme

Note aux lecteurs : Dans ce document, le genre masculin est utilisé comme générique, dans le seul but d’alléger le texte.
 
Les enquêtes menées par Gosselin et Ducharme en 2013, 2014 et 2017 ont permis de récolter auprès de 17 303 étudiants, répartis dans 11 cégeps, plusieurs données concernant l’état de leurs besoins psychosociaux (Gosselin et Ducharme, 2017). De ce fait, trois grandes conclusions ressortent:

  • Le tiers de la population étudiante éprouve de l’anxiété au point où celle-ci nuit à leur fonctionnement et l’anxiété de performance ressort comme un déterminant important de leur état de détresse;
  • L’anxiété perturbe le cheminement scolaire des étudiants en étant corrélée positivement avec l’absentéisme, les échecs scolaires, les changements de programme et les abandons;
  • L’enseignant représente la ressource d’aide la plus utilisée par les étudiants.

En raison de son statut, l’enseignant représente un acteur important dans l’accueil des collégiens vivant des difficultés psychosociales (conflit familial, anxiété de performance, etc.). Toutefois, les actions à poser afin de les soutenir ne sont pas toujours évidentes. Dans ce contexte, 129 enseignants ont été sondés à la session d’automne 2019 afin d’explorer leur rôle face au bien-être des étudiants. Plus particulièrement, l’enquête visait à identifier le nombre et le type d’actions de soutien réalisés par les professeurs, à évaluer leur sentiment d’aisance à poser ces actions, à mesurer l’impact de ces difficultés sur le sentiment d’alourdissement de leur tâche et sur la qualité de leur enseignement.

Faits saillants

Les professeurs sont à l’écoute de leurs étudiants qui présentent des difficultés personnelles comme l’indiquent les 2495 actions de soutien réalisées au cours des deux dernières sessions. En moyenne, chaque enseignant en réalise vingt.

Les professeurs soutiennent leurs étudiants face à leurs difficultés personnelles en réalisant principalement les actions suivantes : écouter, développer des liens, s’informer de leur bien-être, présenter les ressources d’aide, référer, conseiller et discuter de santé mentale.

Les enseignants ont un niveau d’aisance plutôt élevé lorsqu’il s’agit de diriger un étudiant en difficulté à une ressource d’aide, de repérer les signes de détresse et d’adapter leurs pratiques pédagogiques afin d’influencer positivement leur niveau de bien-être. Le niveau d’aisance est moins élevé cependant pour les  actions de soutien visant à aider un étudiant  qui manifeste de la détresse liée à de l’anxiété de performance et à agir afin d’empêcher que celle-ci ne perturbe son parcours scolaire.

La moitié des enseignants a indiqué que les tendances anxieuses et le manque de motivation chez leurs étudiants représentent les situations qui tendent le plus à alourdir leur tâche. Plus les enseignants ont de l’expérience, plus ils considèrent que leur tâche s’est alourdie au fil du temps et cette tendance s’observe davantage  chez les enseignantes.

Un enseignant sur dix révèle que les difficultés personnelles vécues par les étudiants tendent à nuire considérablement à la qualité de son enseignement et l’agressivité en classe représente celle qui perturbe le plus.

Enfin, ces résultats offrent aux professeurs et aux équipes pédagogiques une opportunité de discuter des défis associés aux facteurs scolaires notamment les exigences de réussite, la surcharge de travail et l’échec scolaire qui influencent les niveaux de détresse et d’anxiété chez plusieurs collégiens.

Références

Gosselin, M.-A. et Ducharme, R. (2017) Détresse et anxiété chez les étudiants du collégial et recours aux services d’aide socioaffectifs. Revue Service social, 63(1), 92-104.